Avec la mondialisation et la mobilité des salariés à l'international, beaucoup de travailleurs français partent travailler à l'étranger : les fameux expatriés. Mais le phénomène inverse se produit également : de plus en plus de salariés étrangers viennent travailler en France. Ces "impatriés", comme on les appelle, ont exactement les mêmes motivations : évoluer professionnellement, voyager, découvrir une autre culture... Quand ils sont détachés ou expatriés d'une grande multinationale, bouger fait tout simplement partie de leur job.

Pour les entreprises basées en France, cette impatriation est vue comme une réelle opportunité d'augmenter leur compétitivité. Cela leur permet par exemple de recruter de nouveaux « talents » dont elles manquent parfois en France, de faire venir des collaborateurs étrangers pour les former au siège français ou encore de créer des équipes multiculturelles, souvent plus dynamiques et créatives.

La majorité des impatriés sont des cadres et viennent d'Europe

Mais qui sont réellement ces internationaux qui viennent travailler en France ? D'abord, ils ne représentent qu'une minorité des salariés. Et contrairement à certaines idées reçues, 60 % sont des cadres et 55 % viennent d'Europe. Le reste vient d'Amérique du Nord (22%) et d’Asie (12 %) (source : enquête 2018 de www.paris21.tv avec la Société de Banque et d'Expansion). Dans la majorité des cas, ces impatriés sont des hommes de plus de 40 ans qui viennent en France avec leur famille et y restent plusieurs années. Ils vivent à 52 % à Paris ou en région parisienne.

Lors de leur installation en France, les entreprises sont généralement présentes pour les accompagner sur le plan logistique (déménagement...) ou administratif (visas...). Mais moins quand il s'agit de les aider à s'intégrer, eux ou leur partenaire de vie, dans ce nouvel environnement. Tous sont donc confrontés aux même difficultés que les expatriés : Comment s'adapter à cette nouvelle culture ? Comment faire pour que mon épouse trouve également un travail ?...

 

Une arrivée en France pas toujours bien vécue...

Quoi de mieux qu'un exercice d'intelligence collective comme le World Café pour recueillir les témoignages de ces impatriés ? En juin 2019, Cala Consulting a donc réuni une trentaine de personnes de 20 nationalités différentes.

Leur ressenti à leur arrivée en France ? Si la qualité de vie, la beauté des paysages ou encore les nombreuses possibilités culturelles sont mentionnées parmi les points agréables, le plus difficile pour eux reste les difficultés pratiques avec l'administration française (sécurité sociale, impôts...) et

leur relation avec leurs collègues français qu'ils jugent distante. L'un d'eux explique : « Les gens sont polis mais froids, il y a une vraie barrière entre la vie professionnelle et la vie personnelle ». De même, la culture française d'entreprise est perçu comme très hiérarchique et surtout concentrée sur ce qui se passe mal plutôt que sur ce qui est positif.

Néanmoins, plusieurs impatriés proposent quelques pistes pour s'adapter. Par exemple, « Ne prenez pas les choses personnellement », conseille l'un d'eux. Ou encore : « invitez vos collègues à prendre un café, intéressez-vous à la cuisine française ou aux vins, trouvez-vous des points communs.... ».

Les bonnes pratiques à adopter pour les entreprises françaises

Conscientes des atouts que représentent ces impatriés, les entreprises françaises sont désormais confrontées un défi de taille : faire que ces derniers se sentent véritablement intégrés.

Comment accueillir au mieux ces impatriés ? Cela passe d'abord par l'évaluation de leurs besoins : apprentissage de la langue, adaptation culturelle, accompagnement de carrière pour leurs partenaires de vie... Ensuite, il est primordial de leur apporter un soutien solide avant et pendant leur mission en France, notamment en définissant des attentes claires sur leur rôle et en leur fournissant un retour d'information et une assistance.

Pour les impatriés que Cala Consulting a rencontré, cette assistance passe notamment par une formation spécifique pour apprendre à vivre et travailler en France ou par l'accompagnement d'un mentor ou d'un coach. Mais cela requiert aussi des activités hors travail pour créer un esprit d'équipe ou encore des efforts de leurs collègues français pour parler plus lentement ;-) Tout ce qui leur permettra, en somme, de se sentir bien !